Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Paroisse de Saint Tropez

Chandeleur

Bénédiction des cierges, procession et messe.  -  18h30


Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2,22-40.





Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur,
selon ce qui est écrit dans la Loi :

Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur.
Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.
Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C'était un homme juste et religieux qui attendait la Consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui.
L'Esprit lui avait révélé qu'il ne verrait pas la mort

avant d'avoir vu le Messie du Seigneur.
Poussé par l'Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l'enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient.
Syméon prit l'enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant :
« Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut,
que tu as préparé à la face de tous les peuples :
lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d'Israël ton peuple. »
Le père et la mère de l'enfant s'étonnaient de ce qu'on disait de lui.
Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël.

Il sera un signe de division.- Et toi-même, ton coeur sera transpercé par une épée.

Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d'un grand nombre. »
Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel,de la tribu d'Aser.
Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l'âge de

quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s'éloignait pas du Temple,

servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière.
S'approchant d'eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.
Lorsqu'ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.
L'enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse,

et la grâce de Dieu était sur lui.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible -



Presentation-049.jpg
Andrea Mantegna 1465


« Les cierges symbolisent Notre-Seigneur Jésus-Christ, Lumière du monde ;
la procession représente le passage de la sainte Famille dans le Temple et la
rencontre des deux vieillards Siméon et Anne. Saint Anselme, développant ce
mystère, nous dit qu’il y a trois choses à considérer dans le cierge : la cire, la
mèche et la flamme. La cire, ouvrage de l’abeille virginale, est la Chair du Christ ;
la mèche, qui est intérieure, est Son Âme ; la flamme, qui brille en la partie
supérieure est Sa Divinité.
La procession de la Chandeleur nous apparaît comme la marche du peuple
chrétien à la lumière du Christ, figuré par les cierges que porte le clergé, la
portion choisie de l’Église, comme Jésus même était porté entre les bras de
Marie, entre ceux du saint vieillard Siméon et du pontife qui L’offrit au Seigneur.
Les cierges de la Chandeleur sont bénits avec une solennité toute particulière
et avec l’emploi des prières les plus touchantes. Conservés dans la maison des
chrétiens, ils sont un gage de la protection divine. Il est dans l’esprit de l’Église
d’allumer les cierges de la Chandeleur pour repousser les esprits de ténèbres,
dans les dangers corporels et spirituels, au lit des mourants, pour éloigner d’eux
l’ennemi des hommes, qui fait alors son suprême effort afin d’arracher les âmes
à Dieu. C’est bien alors surtout, en effet, que l’homme a besoin du recours du
Rédempteur, vraie lumière des âmes, pour illuminer les
derniers instants de sa vie ».  Catholique.org
------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article